Alors que la banque ING lance une vaste campagne pour vanter leur "politique d'investissement durable", la réalité est beaucoup moins reluisante. Il est temps pour ING de fixer une ligne claire et d’exclure les investissements nocifs notament dans l’huile de palme #StopGreenwashing

Des critères sociaux et environnementaux mais … inappliqués!

Comme la majorité des banques, ING s’est doté d’une politique d’investissement durable. Très intéressante sur le papier, plusieurs cas concrets prouvent que celle-ci n’est pas systématiquement appliquée. D’après les informations d’un responsable d’ING, un prêt de 15 millions est en négociation avec l’entreprise SOCFIN. Les impacts négatifs des activités de SOCFIN sur les droits des communautés et les risques environnementaux ont été largement documentés dans de nombreux rapports d’ONG et d’experts et ont été reconnus par des instances internationales (Banque Mondiale, point de contact belge de l’OCDE, Nations Unies, etc.) Si SOCFIN passe l’examen des critères sociaux et environnementaux d’ING comme une lettre à la poste, quelle entreprise serait recalée ? En tout cas pas l’entreprise Wilmar, le géant de l’huile de palme, et autre client d’ING, dont les mauvaises pratiques sont fréquemment dénoncées par les ONG, comme dans cette enquête sur les violations de droits humains par Amnesty international et tout récemment encore dans un rapport de Greenpeace sur les aspects de déforestation.

FINANCEMENT DE SOCFIN: un exemple emblématique de non durabilité

SOCFIN est un groupe agro-industriel multinational spécialisé dans la culture de palmiers à huile et d’hévéa (caoutchouc). SOCFIN est contrôlée par l’homme d’affaire belge Hubert Fabri (54,2% des parts) et par le français Vincent Bolloré (38,7% des parts). L’entreprise est notamment connue pour:

NON-RESPECT DES DROITS DES COMMUNAUTES

Les accaparements de terre de SOCFIN s’effectuent au détriment des petits paysans et s’accompagnent d’abus de droits humains des communautés locales, de conflits fonciers, de risques de déforestation, de pollutions, de pauvres conditions de travail, etc.

DEFORESTATION

Malgré l’engagement “Zéro déforestation” pris récemment par SOCFIN, les mesures concrètes sont minces et l’entreprise n’a pas encore identifié les zones sensibles (HCS et HCV) dans ses plantations.

REFUS DU DIALOGUE – INTIMIDATION

SOCFIN est coutumier des procédures judiciaires à l’encontre d’ONGs, qui constituent une entrave à la liberté d’expression. L’entreprise est également connue pour sa stratégie d’intimidation des journalistes et des défenseurs des communautés.

Investir de manière durable

Une campagne d’ING en contradiction avec la réalité

Depuis deux ans, les ONG ont engagé un dialogue avec ING à propos des services financiers octroyés à l’entreprise SOCFIN. ING prétend appliquer des standards internationaux reconnus et se réfère par exemple aux standards de la Banque Mondiale. Or la Banque Mondiale elle-même a refusé d’octroyer un prêt de €150 millions en 2016 à SOCFIN, constatant notamment des écarts importants entre les pratiques de l’entreprise et les principes de bonnes pratiques internationales. Les financements à des entreprises d’huile de palme, telles que SOCFIN, vont à l’encontre des engagements sociaux et environnementaux de la banque !

En savoir plus

Témoignages

« SOCFIN est arrivé en 2011 et a accaparé plus de 18.000 ha de nos terres. Nos chefs n’ont pas eu le choix. A présent nos villages sont entourés de palmiers. Nous n’avons plus de terres pour cultiver notre nourriture. Nous n’avons plus d’argent pour envoyer nos enfants à l’école. Nos leaders sont criminalisés »

Fassia, représentante de MALOA

organisation qui défend les droits des communautés affectées par SOCFIN en Sierra Leone

« Il faut arrêter de nous mener en bateau !  Sur papier la banque s’engage à respecter toute une série de critères sociaux et environnementaux, notamment dans des secteurs sensibles tels que l’huile de palme. Mais dans la réalité, nous avons pu constater que ces engagements ne sont pas respectés et passent loin derrière les soucis de rentabilité »

Florence Kroff

FIAN Belgium

« ING refuse de répondre aux questions des ONG concernant la responsabilité sociale et environnementale de SOCFIN en prétextant systématiquement le secret bancaire. Mais si SOCFIN passe l’examen des critères sociaux et environnementaux d’ING comme une lettre à la poste, quelle entreprise serait recalée? »

Sébastien Mortier.

FairFin

En tant que client, employé ou citoyen, interpellez ING.

Dernières nouvelles

Greenwash-ING Tour

Envie de t’engager avec nous pour faire plier ING? Tu ne peux pas mieux tomber[…]

Appelle ta banque et #stopgreenwashING

Appelle ta banque, c’est quoi? Alors que la banque ING lance une vaste campagne pour[…]

Action de dénonciation devant ING – Images

Ce 23 octobre, nous étions plus de cinquante devant le siège d’ ING Belgique pour[…]